Digtets Ånd

DIGTETS Ånd VII

DIGTETS ÅND VII

Digtene i bloggen er skrevet af Pauline Jupin i forbindelse med udgivelsen af tidsskriftet ALLC#10 med temaet ÅND og er skabt ud fra elementer sendt med posten til Pauline Jupin af ALLC#10's læsere. Ved køb af ALLC#10 kan du selv få mulighed for at sende og modtage et digt.

Seventh envelope, from Catherine B., opened February, 19.

The envelope is sealed and hand-decorated.

Contents: a green string, one safety pin, one hairpin, and a broken point pin, some incense paper (Papier d’Arménie), a piece of cloth (or something alike), a little frame, a photo of trees, a puzzled photo with missing pieces of a monument behind a scaffold, a horse and a cloud shapes cut in paper, a piece of paper with a caption referring to Lancelot, the Knight of the Cart, an old French poem from the Middle-Age, by Chrétien de Troyes, part of the legend of King Arthur and the Knights of the Round Table

The puzzled answer to Catherine B., April 30th:

 

 

Cadre du puzzle : Je passe une porte - un cadre – il y avait un mur là avant, il fallait l’ouvrir au lieu de s’y cogner ou j’étais le mur sur lequel elle se cognait, décidons de l’appeler porte voilà la magie, voilà le truc, quelque chose pour agrandir le monde, une sorte d’échafaudage sur la réalité – une rénovation – il y avait un mur là ou alors était-ce un miroir et je me suis changé en porte et le mur est passé voilà la magie voilà le truc

Frame of the puzzle: I pass through a door – a frame – there was a wall here before it had to be open instead of banged against or I was the wall against which it was banging, let’s decide to call it « door » here is the magic here is the trick, something to widen up the world, a kind of scaffold on the reality – a renovation – there was a wall here or it was a mirror and I turned into a door and the wall passed through here is the magic here is the trick

Verso des pièces de puzzle : Voilà une proposition un poème un pont en épingle à nourrice à cheveux à pointe cassée un poème pour se promener un poème pour l’errance pour un bout de ficelle vert qui s’enroule et nous fait penser à des forêts traversées qui nous font penser à une lettre déchirée un puzzle un labyrinthe avec toute une cavalerie dressée à contre-jour d’un nuage en papier c’est un poème qui aura du mal à tenir ensemble prêt à s’ouvrir comme un sac de billes ayant renoncé à épingler le papillon au vol pour ne pas entraver le mouvement la toile d’araignée de l’expérience se prend partout une goutte d’eau soufflée sur la page du monde qui fait des oeufs brouillés de lumière voilà ce qui cherchait à être nommé ça sent le papier d’Arménie ça sent sans doute le papier coupé en deçà l’imperceptible est sans doute ce qui nous entoure le plus le vide ce qui nous constitue le plus le vide, le silence au lieu de les travestir pourquoi ne pas les emmener se promener ailleurs, dans un poème leur montrer qui nous sommes comme une possible métamorphose une réincarnation sans mort du vivant des bouts de ficelles qui s’enroulent sur eux-mêmes

Pieces of the puzzle / verso: Here is an offer a poem a bridge made of safety pins hairpins and broken point pins a poem to wander over a poem for the wandering for a bit of green string that twists and recalls travelled forests that recall a torn apart letter a puzzle a labyrinth with a whole cavalry raised against the light of a paper cloud it is a poem which will have difficulties to hold together ready to open like a bag of marbles having giving up on pinning a butterfly in flight to prevent hindering movement the cobweb of the experience gets caught everywhere a water drop blown on the world’s page which makes scrambled eggs of light here is what was trying to be named it smells incense paper it must smell cut paper underneath the imperceptible is maybe what surrounds us most the vacuum what we are mainly made of the vacuum, the silence instead of dressing them up why not take them wander somewhere else, over a poem, show them who we are as a potential metamorphosis a reincarnation with no death of the living bits of strings that twist around themselves

Fond du puzzle : qui font penser à des forêts traversées ou à des moulins qui brasseront le malt pur du rêve qui font penser à toute une cavalerie fièrement dressée à contre jour de guerres du bronze et de la pierre en souvenir du sang mais vers où galoperaient tous ces chevaux désépinglés de leur piédestal vers quel paysage quel Avalon cette chevauchée finale à quelle allure avec quelle force ils arracheraient leurs sabots de leur socle du puzzle du monde ces pièces manquantes des lacunes à contre-jour de nuages en vol qui font penser à

Voilà une proposition un poème effaçable un pont un mur une porte inachevé miroir à pousser armatures apparentes à saisir au vol ou à laisser papillonner chevaucher

Bottom of the puzzle: and recall travelled forests or mills that will brew dreams’ pure malt that recall a whole cavalry proudly raised against the light of wars bronze and stone in memory of blood but where would all those horses gallop unpinned from their pedestal towards which landscape which Avalon this final ride at which speed with which strength would they rip their hooves off the world-puzzle plinths those missing pieces loopholes against the light of clouds in flight that recall

Here is an offer an erasable poem a bridge a wall a door unfinished mirror to push apparent frameworks to catch in flight or to let fly around ride

 

 

(Thanks to Jessica for the kind proofreading.)

DIGTETS ÅND VI

DIGTETS ÅND VI

Digtene i bloggen er skrevet af Pauline Jupin i forbindelse med udgivelsen af tidsskriftet ALLC#10 med temaet ÅND og er skabt ud fra elementer sendt med posten til Pauline Jupin af ALLC#10's læsere. Ved køb af ALLC#10 kan du selv få mulighed for at sende og modtage et digt.

Envelope n°6 – received January 26, from Viggo B.

Contents : a 10,5*13 postcard sent from Barcelona, from Cristina to Viggo B.

The answer Part I :

Til Viggo B. og Cristina

 

Jeg takker           bogen, dagene, havet, lyset, larmen, byen, begyndelsen

 

for at være         bog, dage, hav, lys, larm, by, begyndelse

 

især                   dagene, havet, lyset, larmen, byen, begyndelsen i bøgerne

                          havet, lyset, larmen, byen, begyndelsen i dagene

                           lyset, larmen, byen, begyndelsen i havet

                           larmen, byen, begyndelsen i lyset

                           byen, begyndelsen i larmen

                           begyndelsen i byen

                           byen, larmen, lyset, havet, dagene, bøgerne i

                                                                       

begyndelsen

 

  

To Viggo B. and Cristina

 

I thank         the book, the days, the sea, the light, the noise, the city, the beginning

 

of being       book, days, sea, light, noise, city, beginning

 

above all     the days, the sea, the light, the noise, the city, the beginning in the books

                     the sea, the light, the noise, the city, the beginning in the days

                     the light, the noise, the city, the beginning in the sea

                     the noise, the city, the beginning in the light

                     the city, the beginning in the noise

                    the beginning in the city

                     the city, the noise, the light, the sea, the days, the book in

the beginning

DIGTETS ÅND V

DIGTETS ÅND V

Digtene i bloggen er skrevet af Pauline Jupin i forbindelse med udgivelsen af tidsskriftet ALLC#10 med temaet ÅND og er skabt ud fra elementer sendt med posten til Pauline Jupin af ALLC#10's læsere. Ved køb af ALLC#10 kan du selv få mulighed for at sende og modtage et digt.

 

Fifth envelope opened on January 18th. From Inger B.

Contents: an handwritten letter and some homemade traditional Christmas decorations (4 hearts -2 angels)

 

 

The answer sent on March 18th 

A Inger, la fermière qui envoie des coeurs et des anges fait-main à une inconnue

- quelque chose à accrocher sur une branche – quelque chose d’une grand-mère paternelle.

 

 Chère Inger,

 

ta lettre m’a fait beaucoup réfléchir

                                      à la dernière fois que j’ai donné quelque chose à un étranger,

                                      à la dernière fois que j’ai donné quelque chose d’important,

                                      à toutes les fois où d’autres m’ont donné quelque chose.

 

 A la générosité humaine.

A ce que nous transmettons. A ce que nous savons faire de nos mains. Ce que nous nous attachons à apprendre. Apprenons vraiment. Apprenons à faire. Combien cela enrichit le monde et notre existence à tous.

Je n’ai pas appris à connaître ma grand-mère paternelle, mais j’ai hérité de cette photo d’elle et de la ligne de son nez.

Je ne sais pas quelle sorte d’espoir elle avait à l’esprit quand elle a fuit la guerre d’Algérie avec deux enfants en bas-âge et mon père dans le ventre. Si elle pensait à un futur meilleur pour ses descendants ou s’il s’agissait seulement de survivre. Elle devait avoir mon âge ou être un peu plus jeune. C’était sans doute difficile à prévoir que 3 générations plus tard, on trouverait sur une branche de son arbre généalogique, une petite fille de deux ans, insouciante, si loin au nord de l’Algérie, aussi blonde que ma grand-mère était brune.

 

J’AI ECHOUE A ECRIRE UN BON POEME SUR CELA.

MAIS JE PEUX VOIR LE POEME DANS CELA.

BIEN AU DELA DES DECORS DE LA DECORATION ;

 

Taknemmelig og kærlig hilsen

Pauline

DIGTETS AAND V – 18 mars 2018